GeremyCredeville_Facebook_Couv05.jpeg
 
 
 
 
 

 Il frôle la perfection !


Une incroyable ascension

 

Né en 1987 dans la grisaille du Nord Pas De Calais, Gérémy Crédeville émeut tant l’officier d’état civil que celui-ci l’affuble d’un prénom mal orthographié. Dès son enfance, Gérémy n’a pas un physique facile, il est victime toute sa scolarité des quolibets de ses camarades « beau gosse », « mannequin », « épouse-moi »… Il décide donc de se mettre au rugby pour s’abimer un peu, mais rien n’y fait, les coups qu’il y reçoit sont autant de coups de maillets qui viendraient embellir une œuvre.

Il fait ses premiers pas sur scène à l’âge de 17 ans dans une petite compagnie d’improvisation qui attend maintenant son décès pour utiliser son nom. En mars 2010 il participe à un premier tremplin d’humour, le public est conquis en 10 minutes alors que son sketch en fait 12.

S’ensuivent d’autres festivals d’humour remportés haut la main. Gérémy, par soucis d’équité, choisissait pourtant de jouer son plus mauvais sketch.

Arrivé à Paris en janvier 2016, il intègre la Coupe Paris Impro et fait un passage dans la 9ème saison du Jamel Comedy Club. Initialement programmé pour trois mois de janvier à mars 2016, son spectacle a été prolongé jusqu'à juin 2017 au théâtre des Blancs Manteaux.

 


ONE MAN SHOW


Dans « Parfait (et encore je suis modeste) » , Gérémy Crédeville nous prouve que l’élégance peut côtoyer le trash à travers le personnage de G, caricature du beau gosse qui pense que tout lui réussit, qui caresse des rêves d’Olympia comme on caresserait un cheval gentil. Ah oui, il y a aussi de l’absurde dans ce spectacle.